Colloque de Trévise (du 16 au 19 octobre 2003)



COLLOQUE DES FORMATEURS ASOLO - TREVISE - VENISE

 

UN COLLOQUE DE GRANDE QUALITÉ (extraits du BUS n°28)

 

Pour son 10e anniversaire, l'UCAPE a proposé un colloque des formateurs qui restera sans doute dans la mémoire des participants.

[] Il est cependant nécessaire de remercier les personnes qui ont contribué à rendre ce colloque anniversaire fort agréable et très riche sur le plan culturel.

Madame Dauphin-Thomas nous avait trouvé un lieu d'hébergement dans le cadre sublime d'Asolo, petit village pittoresque situé entre les Dolomites et la plaine. Cadre d'autant plus apprécié que le centre Santa Dorotea propose un accueil dans des bâtiments de très bonne qualité à un prix défiant toute concurrence.

Madame Menato Moro, directrice de la Scuola Serena de Trévise, et toute son équipe, [], ont su nous rendre attachante une ville trop souvent oubliée par celles et ceux qui se rendent à Venise. Qu'il s'agisse de la réception à la mairie,

 

du buffet pris à l'école, des visites dans la ville ou des musées, rien n'était laissé au hasard et tout a été mis en oeuvre pour que nous profitions au mieux du temps qui était compté. Un grand merci à toutes les personnes qui ont contribué à cette indéniable réussite.

Après Trévise, une journée était consacrée à Venise. C'est par groupe d'affinités que les participants du colloque ont découvert ou redécouvert une ville sans équivalent, prototype des futures villes sans voitures. Donc un colloque riche en culture. Mais ne s'agissait-il pas aussi d'échanger, de travailler ? Que les absents se rassurent, les contacts ont été nombreux ! Si l'assemblée générale a permis de présenter les différentes écoles représentées (belge, françaises, italiennes, roumaine) et donné lieu à des demandes de précisions, c'est surtout de manière informelle que les informations ont circulé.

Durant les repas pris en commun à Asolo, en changeant de table, autour d'un café ou d'une glace, dans le bus, lors des visites, chacun a trouvé le moyen d'entrer en contact avec d'anciens ou de possibles nouveaux partenaires scolaires, voire de poser ses questions pratiques aux responsables de la formation européenne de l'UCAPE. Des informations ont même circulé sur l'e.learning entre plusieurs écoles, permettant de relancer ce débat avec d'autres participants lors du petit-déjeuner le jour suivant.

Ceux qui connaissent l'esprit de nos rencontres, comme ceux qui l'ont découvert, ont sans doute apprécié cette initiative de dépaysement. Comme nous l'avions signalé à Toulouse, nous alternerons entre des lieux plus accessibles au plus grand nombre et des découvertes européennes au riche patrimoine culturel.

[]

André Pignol

Retour aux colloques